24 mai 2017 – Du pain, du vin, je vais bien

« S’ils n’ont plus de pain, qu’ils mangent de la brioche ! »

Les confessions, Jean-Jacques Rousseau (Attribuée à tort à Marie-Antoinette)

 

Pour vous qui habitez en France, manger du pain (bon s’entend), c’est un détail. Pour nous qui vivons dans un pays où la langue de canard et le concombre de mer sont des mets recherchés, manger du bon pain, c’est juste une douce utopie. On a bien essayé les boulangeries qui ont le mérite d’exister çà et là, mais rien de convaincant. Alors pendant plusieurs mois, j’ai fait du mieux que je pouvais avec la machine à pain ramenée de France. Dès le début de notre expatriation, je parlais des ajustements culinaires que nous étions amenés à faire… ICI ou .

Le pain est assez bon (surtout tartiné de Nutella) mais ce n’était pas l’extase culinaire non plus.

01-Pain MAP

Puis un jour, ma fille aînée a ramené à la maison une tartine de pain qu’une copine lui avait donné. Une magnifique tartine de pain de campagne. Après investigations, il s’agissait d’un pain au levain naturel. Un nouveau monde s’ouvrait à nous ! Avec quelques défis à relever, le bon pain, ça se mérite. Déjà, il a fallu trouver de la farine de seigle et de la farine complète. Bien sûr, moyennant un demi-rein, il était possible de l’acheter à la supérette des expats’. J’ai trouvé ça plus drôle (et plus économique) d’aller au marché :

Au passage, j’ai appris comment dire « seigle » en chinois. Je ne suis pas sûre que ça me soit utile plus tard mais bon…

Une fois tous les ingrédients rassemblés, j’ai débuté la fabrication du levain.

04-Ingrédients

Auparavant, je m’étais beaucoup documentée : « faire naître » le levain demande beaucoup de patience. L’expression est d’ailleurs bien choisie : il faut surveiller les premiers jours du levain comme un nourrisson.

Pour démarrer le levain, une pointe de couteau de miel, de la farine de seigle et de l’eau suffisent. On met le tout dans un bocal réchauffé à l’eau bouillante et on entrepose dans un endroit plutôt chaud. Le premier jour, le levain n’inspire pas particulièrement confiance : il est loin d’être appétissant.

 

Je vous passe les détails techniques sur comment on rafraîchit le levain deux fois par jour, au fur et à mesure, le levain pousse :

07-Levain 2

… pour finalement, au bout de quelques jours, faire des bulles (gaz dû à la fermentation) :

08-Levain 3

Une fois qu’on a le levain, on peut donc commencer la fabrication du pain proprement dite. Enfin, presque : on mélange d’abord un tiers des ingrédients nécessaires.

09-Paton 1

Après un premier repos de 3 heures, on mélange la totalité des éléments pour obtenir un pâton. Celui-ci passe alors une nuit au réfrigérateur. Je vous l’accorde, il ne faut pas être pressé de manger une tartine… Pendant la nuit, le levain a fait sa magie et on se retrouve avec une pâte qui a doublé de volume.

Dernière étape : la cuisson. Mais pas n’importe comment : dans une cocotte en fonte, au four.

Pendant la cuisson, le pain gonflera encore et prendra sa jolie couleur brune…

14-Pain 115-Pain 2

Le pain réalisé de cette façon est vraiment à tomber mais il demande pas mal de travail. Quant à agrémenter mon CV d’une ligne supplémentaire (maîtrise du levain naturel) je suis sûre que cela fera la différence à mon retour sur le marché du travail français…

16-Les craquantes


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s