2 mai 2017 – Hawaii 2.0

L’année dernière nous étions allés à Hawaii car ce n’est « qu’à » 9h30 de vol de Pékin. Soit infiniment moins que depuis la France. Cette année, sachant que ce sera la dernière en Chine, nous avons hésité (au moins 5 minutes) pour notre destination de vacances de Pâques. Et nous voilà donc à … Hawaïi !! 

Cette année, nous avons apporté quelques modifications tout de même : pas d’agence de voyage, je me suis chargée de toutes les réservations (c’est fou ce qu’on fait avec internet quand même, je suis sûre que ça va marcher ce truc…), pas d’hôtel (à 5, on a besoin de 2 chambres donc le coût est prohibitif) mais on découvre les air b’n’b. 

J’avais déjà raconté en détail notre périple de l’année dernière dans une série d’articles :
Cette anneé, je ne parlerai que des nouveautés. Et il y en a : l’année dernière nous y sommes allés en hiver : à quoi reconnait-on l’hiver à Hawaii ? Il fait 25 au lieu de 29 et on aperçoit les baleines au large des côtes. Donc pas de baleines cette année mais des fleurs. Pour compenser le manque de verdure pékinois, rien de tel qu’une visite du jardin botanique tropical de Hilo, sur l’île de Big Island (celle où il y a les volcans en activité). 

Le jardin botanique a été créé en 1979 par un couple d’américain tombé amoureux de l’île. En quelques années ils ont transformé ce morceau de terre en pente impraticable en bord de mer en paradis pour espèces tropicales.

Le parcours est superbe… 


N’ayant pas retenu le nom des plantes à part les oiseaux de paradis et les orchidées, je laisse les photos parler d’elles-mêmes 




La visite passe par le rivage et on découvre une belle plage :


On peut même y découvrir des stèles encore non identifiées à ce jour…



La boutique abrite quelques vitrines d’objets anciens, très anciens : une cinquantaine d’années c’est très ancien pour les américains. On peut voir notamment une bouteille de Coca d’au-moins 1960… et de nombreux objets chinois. Ceci s’explique par la forte population immigrée chinoise ou philippine qui venait renforcer la main d’œuvre locale dans les plantations de canne à sucre.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s