2 et 3 mars 2016 – La côte ouest de Big Island

L’observatoire du Mauna Kea
Nous traversons l’île d’est en ouest par la route qui passe entre les deux volcans : la Saddle Road. En chemin, on s’arrête à la Visitor station de l’observatoire du Mauna Kea. Cet observatoire qui abrite les télescopes les plus perfectionnés au monde n’est pas accessible en voiture classique. Un 4×4 puissant est obligatoire. Notre pauvre voiture de location suffit à peine à atteindre le premier point : non seulement elle consomme plus qu’un Airbus mais en plus elle se traîne lamentablement…

Nous en apprenons un peu plus sur la création de l’archipel d’Hawaii et sur les installations de l’observatoire. Nous repartons après un passage par la boutique où nous avons acheté de la nourriture d’astronaute : une glace à la vanille à l’intérieur d’un cookie au chocolat déshydratée. Un peu particulier mais pas mauvais !

 
  

Nous nous installons dans la ville de Kailua-Kona. D’emblée, cette ville nous plait moins qu’Hilo sur l’autre versant de l’île. Beaucoup plus touristique, c’est une station balnéaire qui ne présente pas beaucoup de charme. Nous sommes dans un resort avec lagon privé (12m2 et écume jaunâtre dans l’eau), piscine (bien bien !), cours de tennis (sûrement indispensables), et spectacles le soir pour le troisième âge en goguette. On est moyennement dans l’esprit du lieu mais pour 3 nuits, ça ira très bien !

Nous avons déjà pu assister à deux cérémonies de mariage (ou de renouvellement de vœux) dans le fameux lagon… 

 
  

Monument du Capitaine Cook

Première balade pour découvrir le monument en hommage au capitaine Cook, découvreur de l’archipel. Ce vaillant capitaine de la Royal Navy anglaise a parcouru le Pacifique au 18ème siècle et à ainsi découvert Hawaii (alors baptisées les îles Sandwich), l’Australie et fut le premier à cartographier la Nouvelle-Zélande ! 

  
(Source http://www.wikipedia.fr)

Son arrivée sur Big Island le 17 janvier 1779 coïncide avec le makahiki, un festival annuel en hommage à Lono, dieu de l’agriculture et de la paix. Ce festival qui permettait de collecter le tribut du chef Kalaniopu’u, était également synonyme de célébrations, liberté sexuelle et jeux.

L’arrivée de Cook est donc fortuitement grandiose : plus de 1000 canoés et 9000 personnes l’accueillent. Une fois à terre, il est traité avec la plus grande déférence. Après que son équipage se soit accordé une agréable pause auprès des Hawaiiennes ouvertes à de nouvelles découvertes, ils reprennent la mer le 4 février, les cales remplies. Malheureusement, quelques jours plus tard, un mât cassé les contraint à rebrousser chemin et à retourner dans le calme de la baie. Cette fois, point de canoés et de colliers de fleurs. Les hawaiiens ont terminé leurs festivités et voient d’un mauvais œil le retour de l’équipage de Cook. Les esprits s’échauffent et la tension atteint son paroxysme quand un canot appartenant à la flotte de sa Majesté est volé par un hawaiien. Cook invite alors le chef Kalaniopu’u à régler leurs différends à bord. Apprenant que l’un des membres de sa cour vient de se faire assassiner par les marins anglais, il refuse la discussion entrainant la colère de la foule présente. Cook veut alors effrayer les autochtones en tirant un coup de pistolet mais malheureusement blesse mortellement l’un des gardes du corps du chef. C’est alors la fin de Cook qui se fera poignarder avec une dague et sera achevé à coups de gourdins. Sa mort surprend tellement les deux camps que la bataille s’achève. Dans les jours qui suivirent, ils se disputèrent son corps. Les hawaiiens souhaitant l’enterrer selon leurs rites destinés aux plus grands chefs et les anglais souhaitant l’inhumer en mer selon la tradition de la Marine. Au final, les hawaiiens conservèrent les os qui contenaient le plus de mana (spiritualité) c’est à dire les fémurs (!) et renvoyèrent aux anglais un morceau de crâne, les mains et les pieds…

Magnifique histoire n’est-ce pas ?
Le monument à sa gloire se trouve au bord de l’eau tout au bout d’un long, très long sentier, qui descend.  

  
La vue pendant la descente est belle… (On n’en profite pas au retour…)

  
Le guide (Lonely Planet, nul soit dit en passant), précisait qu’il s’agissait d’une marche facile d’environ 1 heure / aller. Sans être particulièrement sportifs, nous sommes endurants et nos trois petites filles aussi. Nous avons déjà mis 1h30 pour descendre. Il faut dire que l’on marche sur des petites pierres volcaniques et que ça descend durement !

La baie est plutôt jolie et s’avère être un vrai paradis pour le snorkeling. Ah, dommage, on ne le savait pas : ce n’était pas précisé dans le guide ! Pas de baignade pour nous… 

  
On a quand même vu une multitude de poissons jaunes :  

Quant au monument, il est finalement assez quelconque et surtout, récent car ce n’est pas l’original :

   

  
Il nous a fallut 2 heures 30 pour remonter ce chemin sous un soleil de plomb qui se réfractait sur les pierres volcaniques noires. Une véritable fournaise, l’enfer au premier sens du terme. Ce fut une dure épreuve pour nous 5 même si les filles se sont remis plus facilement que nous… Nous étions ravis de retrouver la piscine de l’hôtel !

Les pétroglyphes de Puakō

  
Il s’agit de gravures faites dans la pierre quelque part entre 1000 et 1800 dont on ne connaît pas la signification. Ces gravures représenteraient un langage symbolique ou rituel. Les transmissions des hawaiiens se faisaient exclusivement par voie orale. Puis la tradition orale qui aurait permis de déchiffrer ces dessins s’est arrêtée… 

Balade plus facile que celle du Capitaine Cook de la veille, on rencontre encore un nouveau paysage. Il ne manque que les girafes pour se croire dans la savane…

  
Au début du chemin, on croise des pierres isolées (déplacées ou copiées ?)   

  
  
puis on s’enfonce dans les branchages …

  
  
… pour enfin arriver au site :  

  
Nous avons vu tellement de choses remarquables sur Oahu et sur la côte est de l’île que ce versant nous a paru bien pâle. Nullement indispensable donc… 


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s