4 novembre 2014 – Concert classique à Yishu 8

J’ai la chance extraordinaire d’avoir accès à des lieux magiques de Pékin. C’est le cas de la maison d’arts Yishu 8. Sise dans l’ancienne université franco-chinoise en plein cœur de la cité impériale, cette galerie est un véritable havre de paix. Elle propose des expositions, des concerts ou encore des conférences. Pour en savoir un peu plus… http://yishu-8.com/fr

Yishu 8

Nous avons récemment participé au vernissage de l’exposition « Life in a painting » de l’artiste Sophie Lamm, lauréate du Prix Yishu 8 qui permet à l’heureux vainqueur de venir en résidence pour trois mois à Pékin puis d’exposer ses œuvres.

Vernissage Sophie Laam

Sur la photo, figurent (de gauche à droite) : Christine Cayol (co-fondatrice d’Yishu 8), Sophie Lam, John Doe (j’ai oublié son nom, désolée Monsieur), et vous l’aurez reconnu mon cher et tendre mari en costume de « je sais être sérieux quand il faut »). Ce soir-là, j’étais invitée à un concert faisant partie d’une tournée organisée par le réseau des Alliances françaises de Chine dans le cadre du cinquantenaire des relations franco-chinoises. Notez sur l’invitation, je suis Madame Isabelle : nous partageons avec les chinois la même difficulté de distinguer le prénom du nom dans une langue étrangère…

Invitation

Les deux artistes principaux, Zheng Ziru et Sébastien Fournier, étaient accompagnés d’un quatuor : un violoncelle, une flûte, un musicien-qui-tapait-sur-des-coques-retournées et un sheng. Le sheng est un instrument à vent traditionnel chinois composé de 17 tubes au moins et remonterait à 2000 ans avant Jésus-Christ.

Sheng

Zheng Ziru, Diplomée de l’école Nationale de l’Opéra de Pékin, a joué dans de nombreuses pièces du répertoire de l’Opéra de Pékin. A plusieurs reprises, elle a été récompensée du Prix national de la meilleure actrice d’Opéra de Pékin et du Prix national de la culture, pour la création d’un nouveau type de rôle alliant chant et danse. Bref, c’est une artiste brillante et reconnue.

Costume 2

(Veuillez excuser la piètre qualité des photos, la dame devant moi n’a fait aucun effort …)

Sébastien Fournier est, quant à lui, un contre-ténor français qui a commencé à chanter à l’âge de 8 ans. Après sa mue, il a dû choisir son registre. Comme il l’a dit lui-même le soir du concert, il est allé au plus facile. Ah ?! Effectivement, nous avons de la chance que le plus simple pour lui soit le plus beau pour nous. Il a également été sélectionné pour représenter la France lors de l’Exposition Universelle de Shangaï en 2010.

Sébastien Fournier

Le spectacle auquel j’ai assisté proposait de mettre en exergue les liens existants entre deux courants musicaux : le baroque occidental et le Kunqu (崑曲) chinois. Il s’agit de la plus vieille forme d’opéra chinois qui soit encore jouée. Il a été inscrit en 2008 par l’UNESCO sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Le concert a débuté par des percussions de l’Opéra de Pékin dont voici un extrait (cliquer sur le lien…) : Instrumental

Puis Zheng Ziru a interprété la chanson chinoise « An Xiang » du poète chinois Jiang Shi Dao Ren. Il s’agit d’une interprétation musicale mais aussi théâtrale : l’artiste porte un costume et joue ce qu’elle chante…

Costume 1  Costume 3

Sébastien Fournier a ensuite présenté le registre baroque avec une interprétation de la Cantate « Mi palpita il cuore » de Georg Friedrich Haedel : Sebastien Cantate

Les deux artistes ont ensuite mêlé leurs voix en inversant les rôles féminin/masculin (voix aigüe pour lui et grave pour elle) afin d’interpréter « O Solitude » de Henri Purcell : Duo

Duo duel

Le concert était superbe, les artistes ont été chaleureusement applaudis et ont remercié comme il se doit :

Remerciements

Voilà pour la partie spectacle sur la scène. Mais le spectacle était aussi dans la salle… Les chinois n’ont visiblement pas la même façon d’appréhender un tel évènement. Tout d’abord, (cela peut paraître futile mais cela m’a surprise) la tenue pour assister au concert. Je portais une jolie robe, des talons hauts, j’avais lutté pour faire tenir mon chignon bun (faute d’avoir réussi un chignon banane…), bref, je m’étais apprêtée. Je me suis sentie un peu seule : les chinoises constituant la grande majorité du public étaient vêtues très (trop ?) simplement : jeans / basquets / gros pull et autres couettes qu’envierait Sailor Moon.

sailor_moon

Ensuite, je fus très surprise par leur comportement pendant le concert. Tous ont dégainé leur téléphone pour prendre des (dizaines !) de photos (sans mettre en silencieux et debout, c’est mieux pour la prise de vue) sans se soucier de la gêne occasionnée pour les artistes ou les autres spectateurs. Résultat, mes (rares) photos sont ratées mais moi, j’ai écouté le concert ! Peut-être avons-nous un rapport trop sacralisé à la musique classique ?


3 réflexions sur “4 novembre 2014 – Concert classique à Yishu 8

  1. Que de chances vous avez !!!! Profitez en un maximum , C’est un moment inoubliable dans votre vie familiale. Ne ratez rien et vous nous ferez rêver à votre retour..

    Bises à vous tous Nous pensons beaucoup à vous en suivant les « tribulations d’une bordelaise en Chine »

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s